· 

Les bases de l'entraînement mental.

 

Il y a des fois où on aimerait juste par magie arriver, à faire taire notre tête, avoir quelques instants de calme, de vide, de silence. Loin du stress, de la charge mentale, des cogitations (...). Bref, loin du quotidien. Alors, on rêve de ce bouton qui nous permettrait de mettre le mode pause.

 

Le bouton, concrètement, n'existe pas, non ? Mais en revanche, il y a moyen tout de même de ne pas subir nos pensées. Avec du travail, tu peux rappeler à ton cerveau qui commande et enfin t'offrir des vrais temps de pause.

 

Alors, comment fait-on ?

 

Dans cette situation, le travail du mental consiste à venir prendre conscience de ton mode de pensée, pour ensuite venir le discipliner. Penser est normal, tu ne vas donc pas apprendre à ne plus penser, car ce n'est pas possible, mais venir choisir à quoi tu veux penser. Ce qui déjà peut te libérer de beaucoup de cogitations envahissantes.

 

Il faut imaginer ça comme l'apprentissage de la politesse avec un enfant. C'est de la discipline, de la répétition, de la patience, de la persévérance..., mais tu ne dois rien lâcher. C'est effectivement une vraie contrainte que tu te fais à toi-même, mais il n'y a qu'en passant par-là que tu peux arriver à reprendre la main sur la trop grande liberté que tu as laissée à ton cerveau. Finalement, le plus dur dans ce travail est peut-être la tolérance que tu dois avoir tout le long de l'apprentissage, car il va falloir apprendre à ne pas y arriver du premier coup, mais d'accepter de continuer. Je me rappelle d'un rugbyman international qui disait de son apprentissage : "j'y allais à reculons, car cela me saoulait, mais avec le temps, j'y ai découvert un vrai confort."

 

Ce travail peut se faire part des temps méditatifs avec des écouteurs sur les oreilles, mais aussi par du travail de concentration, avec de la pleine conscience en action, en faisant de l'activité physique d'endurance marche, course, natation... Bref, c'est une discipline que tu peux intégrer dans ton quotidien. J'ai envie de dire à chacun sa méthode.

 

Si je dois prendre mon expérience, je médite pour travailler mon attention soit seule, soit guidée. En courant et en nageant, je travaille à rediriger mes pensées quand elles vont sur des sujets qui me déplaisent ou que je me rends compte que je radote. J'aime manger en pleine conscience pour prendre le temps de savourer... Bref, comme tu peux le voir. C'est avec différentes techniques que je travaille au quotidien mon cerveau. Car j'ai trop souffert de trop penser pour lui laisser reprendre la main.

 

Comme tu peux le lire, tu n'es plus obligé de subir, il te suffit d'agir !

 

Delphine Péchoux Poretto

www.lecoachingdedelphine.fr

 

 

Tu peux commenter, partager, liker.

 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0